Côtes de porc charcutières

Pour l’hygiène alimentaire il est conseillé de manger de la viande avec modération.

La viande est un excellent aliment fournissant des matières azotées de haute valeur biologique et très digestibles, quoi qu’on en ait dit. En raison de sa composition, elle convient aux organismes ayant à faire face à une dépense élevée tels que : nourrices, femmes enceintes, travailleurs de force, adolescents. Cependant, en raison même de sa richesse, il convient de ne pas en abuser. L’apport excessif de matière azotée devant être éliminé par le foie, l’excès de viande fatigue cet organe. Ces mêmes excès peuvent aussi provoquer parfois la constipation. Voici quelques chiffres de besoins : enfants : 10 g par jour et par année d’âge, adolescents : 14 g par jour et par année d’âge, adultes : de 150 g à 200 g par jour pour une activité moyenne, 250 g par jour pour le travailleur de force, femmes enceintes : de 200 g à 275 g par jour et vieillards : 80 g par jour. Ces chiffres s’entendent poids de viande nette, sans os ni déchets. Ils sont à diminuer si le sujet ingère d’autres produits animaux azotés comme le poisson, la volaille, le fromage, le lait, etc. Il y a toujours intérêt à consommer une fois par semaine des abats en quantités équivalentes en raison de leur richesse en matières azotées de haute valeur (nucléoprotéines), en phosphore et en phospholipides. La viande étant déficitaire en calcium, l’ingestion de produits laitiers compense ce déficit. La viande est à déconseiller dans le cas de néphrites, tension, goutte, artério-sclérose. Au contraire, la viande est conseillée aux diabétiques, aux anémiques et aux tuberculeux. La consommation de viande interdit l’apparition de maladies de carence telles que béribéri et pellagre (avitaminose BI et PP).

La viande peut se consommer crue ou cuite. Notons que la viande crue est souvent très bien tolérée, même par des estomacs délicats : cela tient, d’une part, à la présence de ferments que la cuisson n’a pas altérés, d’autre part à ce qu’on consomme habituellement cette viande pulpée, et, par conséquent, mieux débarrassée de la partie conjonctive qu’aucune cuisson n’arrive à le faire.

Insistons enfin sur la nécessité de bien mastiquer la viande, car si le tissu n’est pas suffisamment broyé, la viande séjourne plus longtemps dans le tube digestif et donne lieu à la formation de toxines.

Imprimer la recette
Côtes de porc charcutières
Recette spéciale pour cocotte-minute
La viande
Plat Porc
Cuisine De France
Temps de Préparation 10 minutes
Temps de Cuisson 21 minutes, dont 8 en cocotte sous pression
Portions
personnes
Plat Porc
Cuisine De France
Temps de Préparation 10 minutes
Temps de Cuisson 21 minutes, dont 8 en cocotte sous pression
Portions
personnes
La viande
Instructions
  1. Assaisonner les côtes de porc et les faire colorer dans votre cocotte minute avec le beurre chaud pendant 5 mn.
  2. Fermer et faire cuire 8 mn à partir du sifflement de la cocotte minute.
  3. Au terme de la cuisson, réserver les côtes de porc sur un plat chaud.
  4. Ajouter l'oignon haché et le faire légèrement colorer pendant 3 mn.
  5. Déglacer avec le vin blanc, ajouter le fond de veau.
  6. Porter à ébullition, faire réduire pendant 5 mn, rectifier l'assaisonnement et adjoindre la moutarde et les cornichons taillés en fine julienne.
  7. Napper les côtes de porc avec la sauce.
Notes

Recette spéciale pour cocotte-minute

Partager cette recette

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.